Publication de l’Appel d’offre 2017

L’appel d’offre de thèses 2017 est en ligne (voir rubrique Appel à candidatures 2017)

Evénement

   
Point d’étape du projet « Plaine Commune territoire apprenant contributif » le 24 mai 2017 au Siège de Plaine Commune (Salle du Conseil).

 

Cet événement comprenait une restitution des travaux d’enquête menés sur le territoire, ainsi qu’une présentation des projets d’ateliers contributifs qui ont été élaborés à partir des problématiques identifiées par les chercheurs.

L’événement a été introduit par Patrick Braouezec, président de l’EPT Plaine Commune, Bernard Stiegler, président d’Ars industrialis et Alain Bertho, directeur de la MSH-Paris Nord.

Présentation

La Chaire de recherche contributive, qui a débuté ses travaux en novembre 2016 avec cinq chercheurs à la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord, met en place cinq ateliers contributifs sur les thèmes du travail, de la capacitation, de l’urbanité, du soin et de la finance contributive, en vue notamment de spécifier les principaux points et conditions qui permettront l’expérimentation d’un revenu contributif.

photos-027

Il s’agit, à travers cette démarche d’expérimentation prévue pour durer dix ans, de créer les conditions d’émergence d’une économie contributive. Celle-ci sera basée sur un revenu contributif s’inspirant du régime des intermittents du spectacle. Elle permettra de faire face aux destructions d’emplois provoquées par l’automatisation (et amplifiées par le numérique) en redistribuant une part des gains de productivité issus de l’automatisation en vue d’investir dans les capacités des hommes et des femmes, en particulier les plus jeunes, et en  produisant ainsi de nouvelles richesses. Cela permettra de recréer une solvabilité macro-économique gravement compromise par l’épuisement du modèle exclusivement fondé sur l’emploi.

L’économie contributive vise à revaloriser les savoirs – et ce que l’économiste Amartya Sen appelle les capacités – en redistribuant les gains de productivité acquis par l’automatisation sous forme de temps rémunéré par le revenu contributif, en vue d’augmenter les capacités des individus et des groupes, et sous condition d’une valorisation de ces investissements collectifs et individuels à travers des emplois intermittents, comme c’est le cas dans l’économie du spectacle. Le programme a pour but de concrétiser cette démarche en travaillant simultanément au développement d’une urbanité numérique territoriale et à la conception et la mise en œuvre d’une nouvelle architecture de données numériques implantée sur une plateforme contributive territoriale.photos-011

Ces développements se fondent sur des ateliers contributifs animés par la chaire de recherche contributive. Ils conduiront à la création d’une chaire d’enseignement supérieur et d’une chaire de capacitation, implantées sur le territoire, qui auront pour fonction de dépasser le modèle de l’emploi et d’élaborer de nouvelles formes de valorisation du travail en installant un processus de capacitation de l’ensemble des acteurs du territoire.

Sous réserve de l’obtention de financements, la chaire accueillera dès 2017 des doctorants de toutes les disciplines, pour réaliser des thèses selon la méthode de la recherche contributive définie dans l’appel à candidatures.

Vidéos

Présentation des ateliers du 24 mai 2017 :

Vidéo

Conférence de presse du 11 janvier 2017 – Patrick Braouezec, Bernard Stiegler
Bernard Stiegler dans l’émission « La faim du travail » (France 5, 11 min)
Les objectifs du projet (extraits du séminaire 2015, 5 min) :

Documents à télécharger

Partenaires

 logos alignés - copie